Energie

L'énergie en Afrique à horizon 2050

Le 16/06/2015

Eurogroup Consulting et l'ADEA ont organisé une conférence à Abidjan le 9 juin 2015, réunissant une cinquantaine de personnalités - Ministère du Pétrole et de l'Energie, la CIE, Schneider Electric, la SIR, 2IM.PE... Le thème : l'énergie en Afrique à horizon 2050. Avant la publication d'un ouvrage, dans la collection Réflexions à Partager, le cabinet livre une note de réflexion sur la question.

Etat des lieux
La plupart des indicateurs sont au vert en ce qui concerne le développement du continent africain. Néanmoins les pays du continent se heurtent à de nombreuses difficultés dans la quête de l’amélioration du bien-être de leurs populations. Au nombre de ces difficultés figure le manque d’accès à des services énergétiques modernes, abordables et fiables. L’Afrique est la région qui affiche le plus bas taux d’électrification. Les estimations montrent que 42% de la population africaine à accès à l’électricité pour 75% dans les pays développés. Ce pourcentage masque en plus de fortes disparités car l’Afrique subsaharienne affiche encore des taux plus bas : 30% et seulement 14% en zone rurale. En outre, même lorsque l’énergie moderne est disponible, elle est chère et peu fiable. Si la tendance actuelle est maintenue, moins de la moitié des pays africains atteindront l’accès universel à l’électricité d’ici 2050.

Impact économique et social
Le manque d’accès à l’énergie moderne entrave sérieusement le développement économique et social du continent. L’Afrique subsaharienne enregistre le plus important taux d’utilisation de combustibles solides  traditionnels pour la production d’énergie notamment pour la cuisson des aliments. Ces sources d’énergie présentent des effets nocifs importants sur la santé. Malheureusement, ce sont les segments les plus pauvres des populations qui paient le plus lourd tribut par l’utilisation des ressources énergétiques non convenables. Le manque d’accès aux services énergétiques modernes constitue également un obstacle au développement des entreprises et à l’expansion d’autres opportunités. Ce manque d’accès à l’énergie moderne affaiblit la compétitivité, et ne facilite pas l’accès des producteurs de différents pays aux marchés régionaux et mondiaux. Il représente un facteur majeur du ralentissement de la course du continent vers la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement.

Financement des projets énergétiques
Il est donc évident  qu’il faudra répondre aux besoins énergétiques du continent africain dans le but de libérer son potentiel de développement. Cela nécessitera donc une augmentation des investissements pour construire les infrastructures nécessaires d’une part et la mise en place d’autre part des systèmes de gouvernance efficaces. Dans ce cadre, il y a une responsabilité des banques locales, sous régionales et régionales pour la réalisation de ces investissements.

Potentiel et Mix Energétique
Alors, L’Afrique regorge d’importantes ressources énergétiques : Des ressources fossiles et les énergies renouvelables. Si toutes ces ressources sont exploitées de manière efficace, elles pourront permettre de satisfaire largement la demande en électricité du continent. En effet, les pays africains devront adopter des approches novatrices de financement de projets énergétiques. De plus, avec la volatilité du prix du pétrole, ces pays devront développer une résilience aux chocs en améliorant leur efficacité énergétique et en augmentant la coopération régionale en matière d’échange de capacité.

Politique énergétique
Définir la politique énergétique d’un pays n’est pas forcément une chose simple. Définir la politique énergétique nécessite une vision, des objectifs et des principes directeurs. Si on part du principe que la vision partagée est par exemple de développer et d’accroître la production et la distribution d’énergie pour le développement économique et social, on pourrait donc fixer les objectifs suivants : mettre en place un secteur énergétique durable, performant qui garantit l’accès universel à des sources d’énergie modernes, fiables et à coûts abordables à horizon 2030; fournir à l’ensemble des populations et aux secteurs de production l’accès à des infrastructures énergétiques de bonne qualité et soucieux de l’environnement.

Pour atteindre ces objectifs, quelques principes pourront être élaborés :

  • Garantir une énergie compétitive

  • Renforcer la gouvernance du secteur énergétique

  • Innover dans les modèles de financement pour drainer les capitaux

  • Appliquer les principes de l’efficacité énergétique

  • Plaider pour le transfert de technologie

  • Promouvoir la diffusion du savoir et la montée en compétence des ressources locales

Résoudre la problématique de l’énergie va au-delà du simple fait de l’électrification, cela implique la capacité à industrialiser et donc à créer de l’emploi   pour les jeunes.
N’oublions pas qu’à horizon 2050, la population africaine est supposée doublée franchissant la barre des 2milliards d’habitants.

Khaled IGUE, Manager au sein du cabinet Eurogroup Consulting et Président du Think Tank Club 2030 Afrique

Contactez-nous

et aussi Eurogroup Consulting

et aussi

Rejoindre Eurogroup Consulting

Nous rejoindre
Conseil ?
Tout est question de direction
Vous avez choisi Eurogroup Consulting.
Exprimez votre personnalité, votre créativité, votre expérience…
Et rejoignez nos talents