Transport, mobilité et logistique

Résultats du 4ème Baromètre de perception des chargeurs sur le transport ferroviaire

Le 24/03/2016

A l’occasion de la 33ème édition de la SITL Europe (Semaine internationale du Transport et de la Logistique), le cabinet de conseil en stratégie et organisation Eurogroup Consulting publie, en partenariat avec SITL, RFF, l’AUT, ECR France, UTP et Objectifs OFP, la quatrième édition du Baromètre de perception des chargeurs sur le transport ferroviaire.

Forces en jeu, lisibilité du secteur, satisfaction et insatisfaction des chargeurs sur les modes de transport utilisés… la vision de près de 113 chargeurs industriels, distributeurs, et commissionnaires de transport, éclaire les perspectives de développement du transport ferroviaire, à l’échelle européenne.
Décryptage des résultats présentés le 24 mars, lors de la 7ème Journée Européenne du Fret Ferroviaire, par Anne-Laure Noat, associée d’Eurogroup Consulting.

Cette année, le questionnaire en ligne a été administré du 4 janvier au 4 mars 2016.  Plus de 100 acteurs y ont répondu, dont 25% avaient participé au baromètre 2015. Le panel est plus représentatif que les années précédentes avec une meilleure représentativité des secteurs plus utilisateurs du ferroviaire

Si vous deviez dresser un bilan rapide du baromètre de cette année et de son évolution par rapport aux éditions précédentes, quel serait-il ?
Le bilan confirme les tendances globales des années précédentes. Le transport routier reste le mode le plus sollicité pour le transport des marchandises et crée le plus de satisfaction. Selon les marchandises, les chargeurs privilégient des modes de transport différents. Ainsi, le transport ferroviaire conventionnel est privilégié pour le transport des produits agricoles, dangereux, de la chimie et de la métallurgie. Les modes combinés transport ferroviaire/route sont davantage utilisés pour le transport des produits de grande consommation, des granulats, des matériaux de construction et de l’automobile.
On relève cette année quelques améliorations sur le ferroviaire. La lisibilité de l’organisation et du système du fret ferroviaire  progresse d’année en année. Le manque d’adéquation de l’offre est moins marqué qu’en 2015 notamment du fait de la part moindre des chargeurs de la grande consommation dans les répondants. Les 3 critères jugés prioritaires en 2015 pour améliorer le fret ferroviaire (respect des délais, coût, souplesse et flexibilité) sont ceux jugés comme s’étant le plus améliorés par le panel.
Cependant, les attentes des chargeurs vis-à-vis du secteur ferroviaire restent importantes : 89% des acteurs interrogés seraient prêts à y avoir d’avantage recours en cas de meilleure adéquation de l’offre. De plus le panel se montre un peu plus optimiste que lors des précédentes éditions sur les perspectives de développement du fret ferroviaire.

Au vu de ces résultats, quels sont selon vous les éléments clés à améliorer pour augmenter le recours au transport ferroviaire ?
Il s’agit de résoudre l’inadéquation entre l’offre ferroviaire et la demande des chargeurs, qui reste importante. Pour les acteurs du secteur, l’offre n’est toujours pas assez étendue sur le territoire du fait du manque de lignes et de sillons. Elle reste également peu compétitive par rapport au routier et souffre d’un manque de souplesse et fiabilité.
Une meilleure lisibilité de l’offre ferroviaire est également nécessaire. Malgré les améliorations dans ce domaine, l’offre ferroviaire est toujours perçue comme trop complexe. Les chargeurs pointent du doigt un système de tarification peu transparent et un manque d’information sur les trajets et créneaux possibles. Ils mettent d’ailleurs en avant différentes solutions à ces problèmes : identifier les acteurs et de leurs rôles, cartographier les flux ferroviaires, créer une plateforme web pour la mise en relation des acteurs, sont autant de pistes possibles.

Pour accélérer ces améliorations– quelles politiques préconisez-vous pour un véritable « choc »  dans le domaine du fret ferroviaire ?
Beaucoup de pistes et d’idées ont été mises sur la table au travers de la Conférence Fret mais aussi d’initiatives régionales, il s’agit maintenant de concrétiser dans la mise en œuvre, par exemple les projets de coopération / mutualisation engagés ces dernières années pour permettre d’avantage de massification.
En second point, nous ne pouvons que recommander de développer la proactivité commerciale et la coopétition entre acteurs (EF, OFP, commissionnaires mais aussi Ports, Collectivités…), pour encourager du report modal en intégrant le fait que le panel exprime son intérêt pour les modes combinés.
Et enfin, même si le panel n’a pas l’air d’y croire, nous sommes convaincus de la nécessite de renforcer l’attractivité environnementale du fer en développant la prise en compte de toutes les externalités.

Anne-Laure Noat, associée

Contactez-nous

et aussi Eurogroup Consulting

et aussi

Rejoindre Eurogroup Consulting

Nous rejoindre
Conseil ?
Tout est question de direction
Vous avez choisi Eurogroup Consulting.
Exprimez votre personnalité, votre créativité, votre expérience…
Et rejoignez nos talents