Transport, mobilité et logistique

Edition 2013- Baromètre de perception des chargeurs sur le transport ferroviaire

Le 27/03/2013

A l’occasion de la 30ème édition de la SITL Europe (Semaine internationale du Transport et de la Logistique), le cabinet de conseil en stratégie et organisation Eurogroup Consulting publie, en partenariat avec l’AUTF, l’ILEC et ECR France, un Baromètre inédit sur la perception des chargeurs sur le transport ferroviaire en France.

Forces en jeu, lisibilité du secteur ferroviaire, satisfaction des chargeurs sur les modes de transports utilisés… les réponses de 70 chargeurs éclairent les perspectives de développement du transport ferroviaire.

Décryptage des résultats - présentés lors des 4èmes Journées Européennes  du Fret Ferroviaire - par Anne-Laure Noat, associée d’eurogroup consulting.

Pourquoi ce Baromètre sur la perception des chargeurs sur le transport ferroviaire et quelles sont les caractéristiques du panel interrogé?

C’est justement parce que l’avenir du transport ferroviaire dépend de la perception des chargeurs, et que cette dernière évolue en fonction des réglementations et de l’ouverture à la concurrence du marché, que nous avons décidé de publier un Baromètre, dont c’est cette année la première édition. Prescripteurs sur les modes de transports utilisés, les chargeurs sont au cœur des préoccupations des sociétés de transport. 70 acteurs français -  pour 73 % des industriels et pour 27% des entreprises de la grande distribution - ont donc répondu à notre questionnaire en ligne, entre le 3 décembre 2012 et le 31 janvier 2013.  65% du panel transporte des produits de grande consommation.

Quelles sont les principales leçons de ce Baromètre quant à la perception du fret ferroviaire par les chargeurs, aujourd’hui?

Le premier enseignement est clair : la route arrive en tête des modes utilisés pour transporter les marchandises, pour 75% des sondés. Si le transport routier est choisi comme mode exclusif par un quart des chargeurs, ce n’est jamais le cas pour le transport ferroviaire. Et deux formules sont privilégiées : le duo « transport routier et transport combiné rail-route » et le trio « transport ferroviaire conventionnel, transport combiné rail-fleuve, et transport routier ».

Deuxième enseignement : 60% des chargeurs soulignent le manque de lisibilité de l’offre et du nouveau paysage ferroviaire français.  L’ouverture à la concurrence a en effet multiplié le nombre des acteurs. Déficit de communication sur la gestion des sillons, absence d’offre packagée, qualité et fiabilité inférieure à celle des routes… telles sont les principales raisons mises en avant par les entreprises, qui ne manquent pas de souligner que les prestataires ferroviaires se montrent trop peu proactifs pour les inciter à choisir le fer comme mode de transport de leurs marchandises.

Troisième enseignement : si les entreprises se déclarent satisfaites du transport routier (à 91%) et du combiné route-fleuve (80%), elles émettent des réserves quant à la qualité du service, aux conditions de mise en œuvre, et au respect des délais, dès que le fer est présent dans le mode de transport choisi.

Le dernier enseignement s’avère positif : les chargeurs soulignent les atouts du transport ferroviaire : respect de l’environnement, sécurité et intégrité des marchandises, adaptation aux marchandises transportées. Et ne se montrent pas découragés par les lacunes de l’organisation actuelle du marché français. 20% d’entre eux formulent même des propositions : encourager les initiatives privées, établir une cartographie des acteurs, faciliter les accords entre opérateurs pour freiner la fragmentation du marché, accroître la transparence de la filière en termes d’organisation, de responsabilités des acteurs, de coût, d’indicateurs de visibilité.

La plupart des utilisateurs de transport ferroviaire de notre panel (forme conventionnelle ou combinée) se montrent prêts à transporter davantage de marchandises par le fer.

Enfin, si l’on envisage le report modal, il pourrait être encouragé par la stratégie de l’entreprise, des incitations financières et une meilleure cohérence entre offre et demande.

Comment dessinez-vous l’évolution du transport ferroviaire français dans les prochaines années ?

Ce premier Baromètre confirme les points saillants de l’étude eurogroup consulting publiée en 2012, « Le fret ferroviaire, un mode d’avenir pour l’Europe. Regards croisés de chargeurs, opérateurs, commissionnaires, gestionnaires d’infrastructures et pouvoirs publics ».

Pour répondre aux enjeux de société, à la volonté du gouvernement de développer le report modal et aux attentes des chargeurs vis-à-vis du mode ferroviaire, il est sans doute fondamental de donner les leviers d’une plus grande compétitivité à ce mode : lisibilité de l’offre, fiabilité et adéquation aux enjeux logistiques des clients et compétitivité des prix.

Contactez-nous

et aussi Eurogroup Consulting

et aussi

Rejoindre Eurogroup Consulting

Nous rejoindre
Conseil ?
Tout est question de direction
Vous avez choisi Eurogroup Consulting.
Exprimez votre personnalité, votre créativité, votre expérience…
Et rejoignez nos talents